Source : Le Monde

https://www.lemonde.fr/economie/article/2021/05/17/nucleaire-a-narbonne-orano-malvesi-sous-pression_6080470_3234.html

Nucléaire : à Narbonne, Orano Malvési sous pression

Le projet TDN de l’industriel, destiné à traiter les effluents liquides radioactifs, est à l’arrêt, car riverains et associations ont déposé des recours pour obtenir l’annulation de l’autorisation préfectorale

Par

Publié hier à 14h30

De la route D169, on ne devine rien. A 3 kilomètres de Narbonne (Aude), des vignes et des maisons de maître en pierres ocre composent ce paysage de carte postale. Pour rejoindre l’oppidum de Montlaurès, une curiosité antique du peuple élisyque, on croise un couple d’amoureux. Mais, au sommet de ce promontoire rocheux, un panorama moins bucolique attend les curieux : des bassins gigantesques, des cheminées, des cuves, des bâtiments de stockage… Le tout étalé sur une centaine d’hectares appartenant à Orano Malvési (ex-Areva), une usine de purification de l’uranium, classée Seveso 2 « seuil haut ». « Jusqu’en 2016, elle était invisible aux Narbonnais, car excentrée et loin de l’autoroute », reconnaît André Bories, président de l’association environnementale Rubresus.

Pourtant, Orano Malvési n’est pas une usine chimique comme les autres. Cette installation purifie un quart du minerai d’uranium naturel mondial, soit 500 000 tonnes depuis son implantation, en 1959. Ce premier maillon du cycle du combustible dissout le concentré minier (yellowcake), acheminé des mines du Niger ou du Kazakhstan, avec de l’acide nitrique, puis l’envoie à l’usine de conversion Philippe Coste, autre propriété d’Orano installée sur le site nucléaire du Tricastin (Drôme), pour qu’il poursuive sa transformation.

Lire aussi Areva Malvési, la porte d’entrée du nucléaire en France

De ce processus chimique mené sur le site audois, il reste quantité d’impuretés : les boues, qui contiennent des traces d’uranium, sont envoyées dans des bassins de décantation et les effluents liquides nitratés dans des bassins d’évaporation. Dès lors, une question délicate se pose : que faire de ces déchets ? Pour l’industriel, le projet TDN (traitement des nitrates) est censé y répondre. Grâce au procédé Thor (pour « thermal organic reduction »), 350 000 mètres cubes d’effluents liquides radioactifs accumulés, soit l’équivalent de 90 piscines olympiques, seraient brûlés et transformés en résidus solides, stockables par l’Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs.

« Une inconnue demeure : où va la radioactivité ? »

Cependant, le projet, dévoilé et détaillé dans l’enquête publique de septembre 2016, met le feu aux poudres. A la lecture du document, l’association Rubresus et le collectif de riverains Colère voient rouge. Selon eux, TDN vaporiserait dans l’air, toutes les heures, 40 000 mètres cubes de rejets d’oxydes d’azote, de composés organiques volatils (benzène, phtalate…) et des particules fines. « Ce projet est inconsidéré, fulmine André Bories. Pour nous, une inconnue demeure : où va la radioactivité ? Seuls des essais pilotes ont été effectués sur des solutions nitratées sans élément radioactif, s’alarme-t-il. Orano fera des 55 000 Narbonnais des cobayes. »

« L’industriel nous ment », fustige Fabrice Hurtado, fondateur de Transparence des canaux de la Narbonnaise

Pour enterrer TDN, ses détracteurs tentent d’obtenir les annulations de l’autorisation préfectorale, accordée en novembre 2017, et du permis de construire. Rejetées en octobre 2019 par le tribunal administratif de Montpellier, elles font l’objet d’un recours déposé fin 2020 devant la cour administrative d’appel de Marseille.

Fabrice Hurtado, fondateur de Transparence des canaux de la Narbonnaise, adopte une autre ligne de défense, qui sera, elle aussi, plaidée devant la même juridiction à une date non précisée. « L’industriel nous ment, fustige-t-il. Nous sommes allés vérifier que ce procédé, appliqué à deux usines aux Etats-Unis, fonctionne. Or cette technologie ne marche pas. Elle est obsolète depuis 2012. On la combat sur le terrain. »

L’industriel balaie cet argument, en s’appuyant sur deux expertises conduites par l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire et la branche chimie du CNRS. Mandatées par le préfet de l’Aude en 2017, elles concluent que « TDN est la seule technologie existante adaptée », rapporte le groupe.

Contentieux juridique

Maryse Arditi, la présidente de l’association environnementale Eccla, se montre plus modérée. « Cette solution n’est pas géniale, mais elle est là », tempère celle qui est aussi la vice-présidente de l’observatoire de suivi des rejets du site. « Je préfère que l’on fasse quelque chose de ces déchets, même si cela dure trente ans. Car, contrairement à d’autres, je ne veux pas que l’usine ferme. »

Si la phase d’étude de TDN est achevée, le premier coup de pioche des travaux n’est toujours pas donné. « On attend, en raison du contentieux juridique. Mais si on va jusqu’au bout, on peut imaginer aller en cassation », prévient Daniel Bect, le directeur du site. « Vu le montant de l’investissement [100 millions d’euros], on ne peut pas prendre le risque d’annuler ce projet purement environnemental. Et nous devons réduire les risques d’inondation », argue le dirigeant, qui garde en mémoire l’accident de 2004. Après la rupture d’une digue, 30 000 mètres cubes de boues radioactives s’étaient alors répandues sur le site et chez les riverains.

L’impact sanitaire est l’autre inquiétude de Rubresus, qui réclame une enquête épidémiologique élargie à tous les habitants de la ville. « A ce jour, aucune remontée ni signalement n’ont été opérés par les professionnels de santé du Narbonnais à ce sujet », répond la préfecture de l’Aude.

 

--

powered by phpList 3.6.4, © phpList ltd