Source : Le Point     (30/11/2020)

https://www.lepoint.fr/politique/dissuasion-nucleaire-service-militaire-melenchon-detaille-son-programme-pour-la-defense-30-11-2020-2403224_20.php

Otan, service militaire… Le programme de Mélenchon pour la défense

Après avoir « proposé » sa candidature pour 2022, le chef de file dévoile une partie de ses propositions dans les colonnes de « L'Opinion ».

<< Nous n'avons rien a faire >> dans l'Otan, estime Jean-Luc Melenchon. (Illustration)
« Nous n’avons rien à faire » dans l'Otan, estime Jean-Luc Mélenchon. (Illustration) © PHILIPPE DESMAZES / AFP

Il lui reste un an et demi pour développer ses idées pour la France avant la présidentielle, mais Jean-Luc Mélenchon en détaille déjà un volet ce lundi 30 novembre. Dans un entretien à L'Opinion, il évoque son « programme pour la défense nationale ».

À la première question, qui porte sur la « dissuasion nucléaire », il répond que celle-ci « reste pour la France un outil irremplaçable aussi longtemps qu'il n'y a pas d'alternatives militaires ». Il se dit aussi « favorable au Traité d'interdiction des armes nucléaires [TIAN] approuvé par l'Assemblée générale des Nations unies ». « Mais il ne peut pas être question de demander aux Français de désarmer les premiers. Il faut que ce soient ceux qui ont le plus d'armes nucléaires qui commencent, c'est-à-dire les États-Unis et la Russie », poursuit le député des Bouches-du-Rhône.

Nous n’avons rien à faire dans l’Otan !

Sur ce même sujet, le leader Insoumis évoque la Russie comme « un partenaire fiable », quand les États-Unis « ne le sont pas ». « Cessons de nous rabâcher que nous avons des valeurs en commun avec les Nord-Américains ! Ce n'est pas vrai que nous défendons les mêmes principes », tacle-t-il aussi.

Concernant l'Otan, « nous n'avons rien à y faire ! » persifle Jean-Luc Mélenchon, jugeant qu'il s'agit d'« une alliance incertaine ». « Il s'y trouve des gens qui peuvent être des adversaires ou des ennemis », poursuit-il, citant « la Turquie ». Pour autant, il assure ne pas être sur la même ligne qu'Emmanuel Macron sur ce point. « Je conteste tout à fait que le président Macron ait quelque attitude forte à l'égard de la Turquie ! Il s'est fait provoquer deux fois et il n'y a eu aucune réplique… » assène l'élu LFI.!

« Poursuivriez-vous l'augmentation du budget de la défense ? » questionne aussi L'Opinion. « Il doit correspondre à ce qui est raisonnablement nécessaire », répond le parlementaire, s'en prenant de nouveau à l'Otan, où, dit-il, « l'idée des 2 % du PIB n'a pas de sens, c'est une ligne de crédit qu'on ouvre pour les Américains ».

Je suis partisan de la conscription

Sur le plan de l'industrie de défense, « importante » en France, note le journal, Jean-Luc Mélenchon se veut « réaliste » : « La France doit être indépendante ! » Pour être capables de nous défendre par nous-mêmes, nous devons « produire nous-même les armements nécessaires ». « Quant aux ventes d'armes, elles devraient être soumises à l'autorisation du Parlement », tranche-t-il aussi.

Enfin, le chef de file des Insoumis se prononce pour le rétablissement d'une forme de service militaire, précisant n'être « pas certain que tous les Insoumis soient d'accord avec ». « Je suis partisan de la conscription et je me suis opposé au fait qu'elle soit suspendue » en 1996. « La défense populaire passive et armée reste une nécessité à mes yeux », développe-t-il, soulignant la présence « d'autres menaces et dangers », comme le « dérèglement climatique ».

« Si nous avions plusieurs événements de ce type en même temps, il y aurait besoin d'un effort collectif. On ne peut pas se payer la réparation de la France au prix du marché. Donc, on sera obligé de demander la contribution des jeunes Français », juge le patron des députés Insoumis, qui envisage même, « dans les fonctions de police », le « très beau rôle » que « pourraient jouer les conscrits ». « Cela changerait le regard de la population sur sa police et changerait les pratiques internes de celle-ci », prédit l'aspirant président. Après avoir « proposé » sa candidature pour 2022, Jean-Luc Mélenchon est visiblement prêt à faire valoir une stature internationale pour accéder aux plus hautes fonctions

 

 

 

 

 


--

powered by phpList 3.5.3, © phpList ltd